Compte tes blessures

Compte tes blessures est le premier film de Morgan Simon où l’on va suivre Vincent (Kevin Azaïs), chanteur dans un groupe d’hardcore et sa relation conflictuelle avec son père.

Chanteur charismatique d’un groupe de hard rock, Vincent, 24 ans, a déjà tatoué la moitié de son corps. Avec sa gueule d’ange et son regard incandescent, le monde lui appartient. Mais l’arrivée d’une nouvelle femme dans la vie de son père réveille les tensions. Vincent n’entend plus retenir sa colère, ni son désir.

Allociné

Encore une fois je veux pas faire l’intégriste mais les synopsis sur allociné sont quand même souvent pourri. Alors le point positif c’est qu’il ne dévoile pas l’intrigue mais parfois on en est à se demander si on parle du même film. Bref, ne nous attardons pas dessus, l’idée de base est là : la relation père-fils.

Dans ce film la musique est omniprésente, un exutoire pour Vincent qui ne se sent pas à sa place chez lui, un peu paumé, son groupe c’est son moteur.

Un des points forts du film c’est justement la musique, la référence, les codes du genre. Par exemple son tatouage « count your blessings » (compte tes bénédictions) qui est l’opposé du titre, est une référence au premier album de Bring Me The Horizon, groupe de deathcore bien connu. C’est cette ambiance qui a porté le film pour moi. La performance de Kevin Azaïs m’a tout simplement bluffé.

L’autre point que je trouve particulièrement bien mené c’est l’évolution de la relation père-fils. Malheureusement sur ce point, la fin vire un peu glauque / dérangeante.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.